Joyland de Stephen King **

« quand j’ai senti le monde se mettre à tournoyer en passant par cinquante nuances de gris. Les cinquante nuances de Linda Gray, je me rappelle avoir pensé… »

C’est peut être la seule chose que j’ai appréciée dans ce livre, cette référence qui m’a fait sourire.

J’adore Stephen King, soyons d’accord. J’aime l’ambiance noire de ses romans, terrifiante, bouleversante, effrayante.

Je n’ai pas retrouvé dans Joyland ce que j’aime dans son style. J’ai attendu au fil des pages une action.

J’ai attendu au fil des pages ce fantôme évoqué mais qui ne surgit jamais.

Du coup, à la fin du roman, je suis restée sur ma faim. C’est mignon, je n’ai pas d’autres termes, mais ce n’est pas le Stephen King que j’aime.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s