Le liseur – Bernhard Schlink **

  


À l’âge de quinze ans, Michaël – le narrateur – découvre l’amour dans les bras d’Hanna, une voisine de vingt ans son aînée ; pendant six mois, il la rejoint tous les jours et partage avec elle plaisirs de la chair et moments de lecture. Mais sa maîtresse, personnage secret, disparaît un jour mystérieusement. Sept ans plus tard, Michaël la retrouve par hasard, alors qu’il assiste à un procès pour crime de guerre, où elle figure au banc des accusés ; il découvre à cette occasion un fait qui pourrait atténuer sa condamnation, mais choisit de n’en rien dire, par respect pour celle qui a marqué si profondément sa vie. Il renouera leur relation au cours des dix-huit années d’incarcération de celle qu’il comprend enfin un peu mieux. (Éditeur)

Sans le vouloir forcément, j’enchaîne en ce moment les lectures autour de la Seconde Guerre Mondiale. 

Et j’avoue que je suis un peu passée à côté de celui-ci, malgré le sujet. 

En cherchant, je ne saurais pas quoi blâmer. Le style est agréable, l’angle intéressant et original, le thème finalement pas si courant (le rôle des femmes dans le régime nazi est en filigrane de toute la seconde partie). 

Malgré ces qualités, et peut être parce qu’on me l’avait vraiment recommandé, je suis restée de côté. Contente de l’avoir lu, mais sans pouvoir en dire autant de bien que j’aurais aimé. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s