L’instant présent de Guillaume Musso **

Naddie vous en a parlé ici alors même que je n’avais pas encore ouvert ce livre.

J’aurais aimé vous dire qu’elle se trompait, que ce livre méritait d’être découvert, lu, scruté, détaillé. Mais non.

Elle a raison. Je suis restée sur ma faim fin en fait.

Certes, le style est toujours le même, léger, fruité, se lisant vite. Du Musso que l’on aime.

Mais, la fin de l’histoire est définitivement plate. Dommage.

J’ai relevé deux-trois petites phrases jolies, qui m’ont touchée:

Je sais qu’on porte tous en nous une grenade à côté du cœur. Certains n’osent jamais la dégoupiller, d’autres prennent ce risque et s’exposent au danger. Celui de faire bouger des lignes de faille capables de déclencher un séisme qui détruira leur vie.

L’amour est une fumée de soupirs ; dégagé, c’est une flamme qui étincelle aux yeux des amants, comprimé, c’est une mer qu’alimentent leurs larmes. » Roméo et Juliette, acte I, scène 1.

Car je suis l’homme qui disparaît. L’homme sans avenir. L’homme en pointillé. Celui qui a faim de vie, mais qui ne peut pas faire de promesses. Celui qui doit vivre vite. Qui doit donner à chaque journée l’intensité d’une montagne russe. Celui qui doit étirer le temps pour multiplier le bouquet de souvenirs qu’il laissera derrière lui en partant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s