[Défi Goncourt] Au pays du p’tit – Nicolas Fargue °

41S2E01vT6L._SX340_BO1,204,203,200_J’enseigne la sociologie à l’université et j’ai 44 ans. Je viens de publier une étude violemment critique sur la culture et les moeurs françaises et je n’accorde plus d’importance à grand-chose dans la vie. Sauf, peut-être, aux femmes et aux voyages. Je dis peut-être parce que ce n’est pas aimer les femmes que de jouer avec leurs sentiments à des fins exclusivement prédatrices. Quant aux voyages, si c’est par haine de mon propre pays que j’y consens, je n’en vois pas l’intérêt non plus. (Editeur)

Que ce fût pénible.

L’auteur, dans son confort germanopratin, se regarde écrire comme d’autres s’écoutent parler. Il n’a de cesse d’étaler critiques et théories sur la France, ce « pays du p’tit » et ses travers qu’il juge sévèrement et parfois caricaturalement.

Bien que le livre se prétende être un roman, j’ai eu l’impression tout le long que l’auteur s’en servait de prétexte pour déverser ses arguments plus ou moins honnêtes intellectuellement, comme si derrière un personnage, on lui en voudrait moins.

Ce sentiment ne m’a pas lâchée ; alors qu’un essai constructif aurait peut-être pu capter mon attention, j’ai eu l’impression d’assister à une guerre menée par un combattant masqué par peur de représailles. « Ce n’est pas moi, c’est mon personnage ».

Bref, soit je suis passée à côté, soit c’est lui.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s