Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee ****

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueurLe mot de l’éditeur: « Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès. Il ne suffit pas en revanche à comprendre comment ce roman est devenu un livre culte aux Etats-Unis et dans bien d’autres pays. C’est que, tout en situant son sujet en Alabama à une époque bien précise – les années 1930 -, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance confrontée aux préjugés, au mensonge, à la bigoterie et au mal. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le Prix Pulitzer en 1961. »

Ce roman est un hymne à la tolérance. On y voit un homme qui, fort de ses convictions, se bat même contre toute une ville, ou presque, pour une cause qu’il sait perdu d’avance.

Je voulais que tu comprennes quelque chose, que tu voies ce qu’est le vrai courage, au lieu de t’imaginer que c’est un homme avec un fusil à la main. Le courage, c’est de savoir que tu pars battu, mais d’agir quand même sans s’arrêter. Tu gagnes rarement mais cela peut arriver.

Le choix de l’auteur de raconter toute cette affaire par le biais d’une enfant trop jeune pour se rendre compte de ce qui se passe exactement, lui permet de tout raconter sous couvert d’une naïveté enfantine qui rend moins atroce les aspects les plus odieux.

C’est vraiment un livre magnifique, à mettre dans toutes les mains.

Publicités